8500, Gray Street, Chicago, IL, 55030

Le Jeûne (As-sawm)

Le jeûne n’est pas l’apanage des musulmans. Il est pratiqué depuis des siècles dans le cadre de cérémonies religieuses par les chrétiens, les juifs, les confucianistes, les hindous, les taoïstes et les jaïns. Dieu mentionne ce fait dans le Coran :

« O vous qui croyez, le jeûne vous est prescrit comme il l’a été pour ceux qui vous ont précédés, afin que vous développiez la conscience de Dieu. (Coran 2:183)

Certaines sociétés amérindiennes jeûnaient pour éviter la catastrophe ou pour servir de pénitence pour le péché. Les Amérindiens d’Amérique du Nord ont organisé des jeûnes tribaux pour éviter des catastrophes menaçantes. Les Amérindiens du Mexique et les Incas du Pérou ont observé des jeûnes de pénitence pour apaiser leurs dieux. Les anciennes nations de l’Ancien Monde, telles que les Assyriens et les Babyloniens, observaient le jeûne comme une forme de pénitence. Les Juifs observent le jeûne comme une forme de pénitence et de purification chaque année le jour des Expiations ou Yom Kippour. Ce jour-là, ni nourriture ni boisson ne sont autorisées.

Les premiers chrétiens associaient le jeûne à la pénitence et à la purification. Au cours des deux premiers siècles de son existence, l’église chrétienne a établi le jeûne comme une préparation volontaire à la réception des sacrements de la Sainte Communion et du baptême et à l’ordination des prêtres. Plus tard, ces jeûnes ont été rendus obligatoires, d’autres jours ayant été ajoutés par la suite. Au VIe siècle, le jeûne de carême a été étendu à 40 jours, pendant lesquels un seul repas était autorisé par jour. Après la Réforme, le jeûne a été conservé par la plupart des églises protestantes et a été rendu facultatif dans certains cas. Les protestants plus stricts, cependant, ont condamné non seulement les fêtes de l’église, mais aussi ses jeûnes traditionnels.

Dans l’Église catholique romaine, le jeûne peut impliquer une abstinence partielle de nourriture et de boisson ou une abstinence totale. Les jours de jeûne de l’Église catholique romaine sont le mercredi des Cendres et le vendredi saint. Aux États-Unis, le jeûne est surtout observé par les épiscopaliens et les luthériens chez les protestants, par les juifs orthodoxes et conservateurs, et par les catholiques romains.

Le jeûne a pris une autre forme en Occident : la grève de la faim, une forme de jeûne qui, à l’époque moderne, est devenue une arme politique après avoir été popularisée par Mohandas Gandhi, leader de la lutte pour la liberté de l’Inde, qui a entrepris des jeûnes pour contraindre ses adeptes à obéir à son précepte de non-violence.

L’Islam est la seule religion qui a conservé les dimensions extérieures et spirituelles du jeûne au cours des siècles. Les motivations et les désirs égoïstes du moi bas aliènent l’homme de son Créateur. Les émotions humaines les plus indisciplinées sont l’orgueil, l’avarice, la gourmandise, la luxure, l’envie et la colère. De par leur nature, ces émotions ne sont pas faciles à contrôler, et une personne doit donc s’efforcer de les discipliner. Les musulmans jeûnent pour purifier leur âme, cela met un frein aux émotions humaines les plus incontrôlées et les plus sauvages. Les gens sont allés jusqu’à deux extrêmes à leur égard. Certains laissent ces émotions diriger leur vie, ce qui conduit à la barbarie chez les anciens, et au matérialisme grossier des cultures de consommation des temps modernes. D’autres ont essayé de se priver complètement de ces traits humains, ce qui a conduit au monachisme.

Le quatrième pilier de l’Islam, le jeûne du Ramadan, a lieu une fois par an au cours du 9e mois lunaire, le mois du Ramadan, le neuvième mois du calendrier islamique dans lequel :

« …le Coran a été envoyé pour guider le peuple. » (Coran 2:185)

Dieu, dans son infinie miséricorde, a exempté les malades, les voyageurs et les autres personnes qui ne peuvent pas jeûner pendant le Ramadan.

Le jeûne aide les musulmans à développer leur maîtrise de soi, à mieux comprendre les dons de Dieu et à faire preuve d’une plus grande compassion envers les démunis. Le jeûne dans l’Islam implique l’abstention de tout plaisir corporel entre l’aube et le coucher du soleil. Non seulement la nourriture est interdite, mais aussi toute activité sexuelle. Tout ce qui est considéré comme interdit l’est encore plus ce mois-ci, en raison de son caractère sacré. À chaque instant du jeûne, une personne réprime ses passions et ses désirs dans une obéissance d’amour à Dieu. Cette conscience du devoir et l’esprit de patience aident à renforcer notre foi. Le jeûne aide une personne à se maîtriser. Une personne qui s’abstient de choses permises comme la nourriture et la boisson est susceptible de se sentir consciente de ses péchés. Un sens accru de la spiritualité aide à rompre les habitudes de mentir, de fixer avec convoitise le sexe opposé, de bavarder et de perdre du temps. Rester affamé et assoiffé pour une seule portion journalière fait ressentir la misère des 800 millions de personnes qui ont faim ou celle d’un ménage sur dix aux États-Unis, par exemple, qui vivent avec la faim ou qui risquent d’avoir faim. Après tout, pourquoi se soucier de la faim si l’on n’a jamais ressenti sa souffrance ? On peut comprendre pourquoi le Ramadan est aussi un mois de charité et de don.

Au crépuscule, le jeûne est rompu par un repas léger communément appelé iftaar. Les familles et les amis partagent ensemble un repas spécial en fin de soirée, comprenant souvent des aliments et des sucreries spéciaux servis uniquement à cette période de l’année. Beaucoup se rendent à la mosquée pour la prière du soir, suivie de prières spéciales récitées uniquement pendant le ramadan. Certains récitent la totalité du Coran comme acte spécial de piété, et des récitations publiques du Coran peuvent être entendues tout au long de la soirée. Les familles se lèvent avant l’aube pour prendre leur premier repas de la journée, ce qui les fait vivre jusqu’au coucher du soleil. Vers la fin du Ramadan, les musulmans commémorent la « Nuit du pouvoir » au cours de laquelle le Coran a été révélé. Le mois de Ramadan se termine par l’une des deux principales célébrations islamiques, la fête de la rupture du jeûne, appelée Aïd al-Fitr. Ce jour-là, les musulmans célèbrent joyeusement la fin du Ramadan et distribuent habituellement des cadeaux aux enfants. Les musulmans sont également tenus d’aider les pauvres à se joindre à l’esprit de détente et de plaisir en distribuant la zakat-ul-fitr, un acte de charité spécial et obligatoire sous forme de denrées alimentaires de base, afin que tous puissent profiter de l’euphorie générale de la journée.

Leave a comment